Vous vous souvenez de nos petits poussins?  Ils étaient tout petits (petit rappel ici), et ont rapidement eu des copines déjà prêtes à pondre (juste ici).  Mais est-ce que je vous ai parlé des 5 poussins accueillis pendant l'été également grâce à un heureux malentendu?  Je ne pense pas!  Pour faire une histoire courte, on s'est retrouvé avec 5 poussins issus de super pondeuses. Qui dit grande race dit aussi poussins qui grandissent beaucoup plus vite que des poussins soyeux... et qui puent dans la maison!  On a donc dû modifier le poulailler en ajoutant une rangée au-dessus des pondoirs qui est modulable: on peut mettre un grillage pour mettre les poussins à l'abris des becs des grosses poules, on ajoute ou enlève une séparation selon l'espace dont on a besoin.  C'est ainsi que cet espace nous a servi de "pouponnière" lors des premières semaines des poussins à l'extérieur.  Espace qu'on a réduit quand il n'y avait plus que les soyeuses à cet endroit pour y ajouter un pondoir supplémentaire pour les grosses poules. 

pondoirs 

 Parce que oui, ça été un été d'adaptation et d'ajustement pour nous!  Si on adore toujours l'idée de base de notre poulailler et qu'il est super pratique, il a fallu faire quelques ajustements pour que notre rêve se fonde avec la réalité!  C'est bien beau l'esthétisme mais on a surtout à coeur le bien-être de nos Piou-Piou.  On ne veut pas que des oeufs dans notre assiette mais aussi des poules heureuses.  On a donc ajouté une section grillagée complètement sécuritaire qui a également servi de pouponnière extérieur pour les poussins au départ mais dont on a enlevé la séparation quand les poules se sont retrouvés toutes ensemble. Grâce au don d'une amie, nous avons également pu ajouter une grande section clôturée où nous poules peuvent picosser le gazon et les insectes à leur guise!  On peut la changer de côté aux 2 ou 3 semaines pour que les excréments se compostent et que le gazon repousse. 

IMG_2897

 

Ces derniers mois nous on fait réaliser que la folie de cette aventure était faite pour nous et que ce n'était pas que passager.  C'est du travail s'occuper des poules (quoique beaucoup moins qu'on ne l'avait imaginé) mais c'est surtout un grand bonheur que de les voir grandir, de les voir s'attacher à nous autant qu'on s'attachent à elles.

 poule 

olaf