Voilà la toute première question qu'on se pose quand on envisage d'avoir des enfants, non?  Le papa n'est pas encore trouvé que déjà on se projette.  On regarde les autres mamans et on sait exactement quel type de maman on sera, ou plutôt on sait exactement tout ce que nous on ne fera pas parce que "mon dieu qu'elles n'ont pas le tour!".  On clame que notre enfant mangera équilibré-bio-machin parce que c'est pas si compliqué et que c'est tellement mieux pour sa santé.  Surtout, il ne saura jamais ce qu'est une frite.  Il ne passera jamais par la phase "crocodile" ni celle du "bacon" parce qu'il saura très vite que ces comportements ne sont pas acceptables.  Il dira toujours "merci" et "s'il vous plaît" sans même qu'on le lui demande parce qu'il sera bien élevé.  (Je sais de quoi je parle, même si j'ai évité de me compromettre haut et fort, j'ai eu ce genre de réflexion.)  C'est si facile quand on n'a pas les deux pieds dedans!

Et puis on a un premier bébé, nos certitudes et nos convictions en sont ébranlées dès la grossesse. On réalise bien vite qu'on n'a aucun contrôle sur ce qui se passe dans notre ventre et encore moins sur l'accouchement dont on rêvait.   Sur certains points nous n'étions pas du tout réalistes (voir que bébé fera ses nuits le lendemain de sa naissance parce que toi tu sais exactement comment faire, pff), sur d'autres points, on se rend vite compte que c'est peut-être plus pratique de faire autrement (finalement, le co-dodo a son petit côté pratique quand on manque de cache-cerne) mais on tient notre bout sur bien des choses parce qu'on devait bien avoir une bonne raison de penser ainsi avant, non?

Et puis on en a un deuxième.  On avait beaucoup de temps pour faire les choses selon les livres avec le premier mais avec un terrible two dans les pattes, on manque de temps pour bercer bébé pendant des heures pour qu'il fasse une sieste de 10 minutes,  pour stériliser les suces chaque semaine, pour changer la couche au moindre pipi et puis finalement, tant pis si terrible two n'est pas propre à 2 ans, ça ne fait pas de nous une mauvaise mère, hein?

Et puis on en a un troisième et un quatrième... et change notre fusil d'épaule encore plus souvent qu'on change des couches!  On réalise vite que ce qui fonctionnait avec un ne fonctionne pas avec l'autre.  On réalise vite que certaines convictions sont, somme toute, futiles, sans importances... une grosse perte de temps (chose qui nous manque cruellement!).  On réalise vite qu'on n'a pas qu'un style puisqu'on est complètement différente avec chacun de nos enfants parce qu'ils n'ont pas tous besoin de la même maman pour être heureux et s'épanouir et c'est très bien comme ça. 

maman