Nous voilà de retour de nos premières vacances de l'été!  Je dis première parce que cet été, nous testons une nouvelle formule vacances: l'homme a séparé ses vacances en 2 pour avoir le temps de se reposer au travail entre notre pèlerinage au Québec pour voir nos familles élargies et nos vacances camping avec notre petite famille.  Parce que malgré que ce soit agréable de revoir notre monde, on ne revient jamais reposés de ces quelques 3 300 km de route, de visites, d'activités, etc.

D'ailleurs, nous sommes encore tous sur le décalage horaire (oui, je sais, il n'y a qu'une heure de différence entre le Québec et le Nouveau-Brunswick et si elle passe inaperçue quand on se rend, elle est bien présente quand on revient) et avec la fatigue accumulée et ce qui urgeait de faire à notre retour (défaire les bagages, nettoyer le jardin, s'occuper des poules, faire l'épicerie...) la pression est retombée la nuit dernière.  Les enfants ont eu une nuit de récupération intense: personne n'a ouvert les yeux avant 9h ce matin n'ayant même pas connaissance du départ de l'homme pour le travail et ils étaient tellement endormis par la suite qu'ils m'ont laissé dormir jusqu'à 10h30 écoutant sagement la télé!  Je pense que je n'avais plus fait une telle grasse matinée depuis la naissance de fils aîné! 

Oui bon, il faut aussi mentionner que mon décalage m'a causé de l'insomnie hier soir. D'ailleurs, je voue une admiration sans borne à tous ceux qui doivent gérer ce problème de façon quotidienne ou hebdomadaire.   J'ai la faculté de pouvoir dormir à peu près n'importe où et n'importe quand depuis que j'ai des enfants et les rares fois où l'insomnie me frappe, j'en suis déstabilisée et j'ai l'impression que je vais devenir folle n'arrivant pas à dormir malgré une indéniable fatigue.  Hier soir, j'avais trop de choses en tête.  Je cherchais une idée de gâteau pour ma nièce qui l'attend avec tellement d'impatience.  Je pensais à la décoration de la maison qui ne me plaît pas complètement et que je comparais avec les maisons que nous avons visitées pendant notre voyage.  Je cogitais des billets doux que je répétais en boucle pour être certaine de m'en souvenir ce matin.  Je réfléchissais à la façon d'optimiser le rangement (inexistant) pour désencombrer notre intérieur au maximum.  Parce que c'est tout moi: quand je sens ma maison encombrée, inévitablement je me sens encombrée moi-même de l'intérieur! 

Et puis finalement, le sommeil s'est pointé exactement au même moment que les terreurs nocturnes de mon mini qui, n'arrivant pas à se rendormir, a abouti dans notre lit me prenant la couverture et me mettant dans un équilibre plutôt précaire sur le bord du matelas!

C'est ainsi qu'en ce magnifique lundi matin (13h) je procrastine ayant attendu un petit 30 minutes après mon réveil pour servir le déjeuner aux petites bêtes m'évitant ainsi de devoir leur faire à dîner.  J'ai mis le ménage de côté, je n'ai même pas pris de douche.  Je fais semblant que je n'entends pas la télé et les enfants qui y sont collés et je savoure mon tête-à-tête avec ce billet tout doux!