Une journée pas comme les autres est commencée.  Bien qu'on prendra nos 3 repas par jour, que nous ferons la vaiselle comme d'habitude, qu'on devra changer la couche de bébé de presque 3 ans pas encore propre, qu'on va faire une brassée de lavage et qu'on se couchera ce soir comme on le fait le restant de l'année, cette dernière journée a un petit quelque chose de spéciale.  On dirait que c'est LE bon moment qu'on attend le reste de l'année.  LE moment parfait pour regarder derrière notre épaule une dernière fois pour ensuite tourner une page et foncer tête baissée.  Probablement parce que la date est facile à retenir, parce qu'en changeant d'agenda et de calendrier, on a l'impression de pouvoir recommencer à neuf.

Je prends plaisir à bloguer mon bilan de fin d'année parce que je sais que je pourrai le relire dans 1 an et voir si j'ai atteint mes objectifs.  Mes objectifs de 2015 étaient les suivants:

"J'ai donc décidé de prendre une année pour moi.  Une année à bien m'alimenter, à suivre le programme minçavi pour me guider dans les portions. (Ah non, ce bout là ne m'a pas réussit!) Une année à prendre le temps de bouger en étirant le défi 100 milles sur toute l'année. (Hum... flop!) Une année pour me sentir de mieux en mieux avec moi-même et pour être fière de ce que j'aurai accompli dans 365 jours quand je viendrai en faire le bilan ici. (On n'y est pas tout à fait non plus, pas de ce côté en tout cas!) Vous me direz que ça ressemble drôlement à mon objectif de 2013 et c'est effectivement le cas parce que quand je regarde en arrière quelques minutes, je réalise que l'année 2013 a été l'une des plus merveilleuses, celle où j'ai été le plus fière de moi, où j'ai été complètement heureuse du début à la fin.  Je sais qu'il n'en tient qu'à moi pour la répéter et que ça passe par cet objectif de bien-être. (Ouin ben, il va falloir revoir l'objectif je pense!)  La différence sera le grand travail intérieur que je ferai pour accepter que je mérite ce temps pour moi et que ça ne privera aucunement ma famille." 

Par contre, j'ai travaillé très fort la dernière partie cette année.  J'ai travaillé dans ma tête autant que je l'ai pu. Ce n'est pas au point encore parce que c'est un long travail mais j'ai fait un grand pas à la fin de l'année.  En 2015, j'ai réalisé que maman à la maison à temps plein, ça ne m'allait plus.  J'avais besoin de retourner à l'enseignement, j'avais besoin du bonheur que ça m'apporte d'être debout devant un groupe, d'être entourée d'adultes.  Je n'avais pas pour autant envie d'être carriériste à temps plein et je pense que j'ai pu trouver l'équilibre entre les deux.  J'ai même eu droit à une promotion et j'ai maintenant mon bureau au premier étage tout en enseignant encore ici et là!  Ça, c'est une grande réussite et j'en suis fière.

Côté finance aussi ça été une réussite sur toute la ligne et nous le devons (en partie puisqu'on se garde une partie du mérite quand même) à notre nouvelle amie la conseillère financière!  Bon, d'accord: elle trouvait notre situation financière en très bon état pour des gens de notre âge, avec 4 petites bêtes à charge et un seul salaire pour les 2 années précédantes mais nous avions envie de nous délester de quelques paiements, de se défaire de nos vieilles dettes qui traînaient mais surtout d'être capable de voir à long terme, de ne plus devoir revoir le budget chaque fois qu'il arrivait un pépin.  Ainsi, lorsque Sécheuse a décidé de divorcer subitement et a quitté la maison en claquant la porte il y a quelques jours, après une douzaine d'années de bonheur, nous n'avons même pas versé une larme.  Nous avons même poussé l'audace à placer une annonce pour trouver une nouvelle famille pour Laveuse-au-coeur-brisé-mais-encore-en-bon-état et nous nous sommes gâtés avec un tout nouveau couple en harmonie!  Oui, oui, plus efficace, plus silencieux, moins énergivores mais surtout, payé comptant! 

Et puis côté amoureux, ce fût une année haute en couleur: merci aux SPM qui ont bien tenté d'ébranler notre couple plus d'une fois.  Mais l'homme est resté bien droit et n'a pas bronché, même pas un petit peu.  Je ne sais pas comment il fait pour m'endurer, je ne m'endure pas moi-même 2-3 jours par mois! Non, honnêtement, c'est vrai que mes hormones nous font parfois la vie dure mais c'est toujours l'amour fou!

J'aime les bilans.  Parce que quand je regarde tout ça, je réalise que bien que je n'aie pas atteint mes objectifs, bien que mon équilibre ne soit pas encore entièrement parfait, mon année 2015 se termine bien.  Pas comme je l'aurais voulu mais ça fait partie de la démarche que d'accepter que ce ne soit pas comme on le voudrait sans que ce soit négatif pour autant.  De savoir mettre la pointe d'amertume de côté pour apprécier tout le reste. 

Voici donc mes objectifs de 2016:

Je reprendrai une partie de mes objectifs de 2015 parce que je réalise de plus en plus le bien que ça me fait, physiquement mais surtout mentalement: je dois bouger (merci au défi 100 milles que je fais pour une deuxième année et qui se passe merveilleusement bien jusqu'à maintenant) et faire davantage attention à mon alimentation... ou plutôt au grignottage!  Je dois également continuer ce que j'ai amorcé dans les dernières semaines: apprendre à m'ouvrir davantage (disons du ressenti en profondeur... je me comprends!) à la personne qui est le plus susceptible de pouvoir m'aider à retrouver mon équilibre au quotidien (à défaut d'avoir trouver le temps de caser une psy dans mon horaire de fou!) et de l'aider à m'aider.  Et puis concrètement, on a un objectif hyper matérialiste et, disons-le dispendieux, qui ferait tellement du bien à notre mental, à notre vie de couple, à notre vie de famille... mais celui-là, je le garde pour moi jusqu'à ce qu'on ait pu le réaliser!

 

 

Oui, 2016 sera une merveilleuse année, je le sens!