Il circule présentement (ou devrais-je dire encore puisqu'elle a été prise il y a au moins un an et demi) sur les réseaux sociaux, une photo qui parle très fort.  Il s'agit d'une maman qui avait donné naissance, par césarienne, quelques jours plus tôt.  On ne voit que le bas de son corps, nu, sa cicatrice et son nouveau-né couché sur son pubis.  J'aime profondément cette image.

Une photo qui, semble-t-il. a créé une polémique lors de sa première parution.  Bien que la photographe l'ait supprimée pendant quelques temps avant de la republier, plusieurs l'ont utilisée et ont eu envie de mettre des mots pour l'expliquer.  Je suis tombée aujourd'hui sur le texte de quelqu'un qui a voulu démontrer son respect envers les femmes qui ont subit une césarienne de façon plutôt... maladroite.  J'imagine que c'est une femme puisqu'il est plutôt rare qu'un homme se prononce sur un sujet aussi... féminin!  Elle y a accollé des mots tout aussi fort: "supplice", "détester",  "souffrance", "pauvre femme", "déchirer le ventre".  Là, je n'ai plus aimé.  J'ai eu l'impression de lire le récit d'un acte de barbarerie fait aux femmes.  On aurait pu remplacer le mot "césarienne" par "excision" dans le titre sans à avoir à modifier le texte ou très peu. 

Je n'ai jamais compris et je ne comprendrai jamais pourquoi la césarienne est autant stigmatisée.  Pourquoi, il faille, nécessairement que ce soit synonyme d'échec.  Pourquoi il semble toujours y avoir un nuage gris au-dessus du mot césarienne.  Oh je ne dis pas que la césarienne est un événement toujours heureux, rempli de bonheur, de joie, de papillons... pas plus que l'accouchement naturel.  Je ne dis pas que c'est sans douleur, sans conséquence physique ni psychologique parfois importante... mais ce n'est pas le cas de l'accouchement naturel non plus. 

J'ai eu la chance de vivre 4 grossesses.  Trois fois, j'ai pu sentir un bébé se tortiller dans mon ventre.  Une fois, j'ai pu en sentir deux se mouvoir, en même temps, dans tous les sens.  J'ai vécu quatre grossesses différentes, uniques, pas toujours simples mais dont je garde quatre magnifiques souvenirs.  Quatre fois, j'ai accouché.  J'ai vécu l'attente du jour J avec la peur de ne pas pouvoir contrôler ce qui allait se passer, le mélange d'euphorie et d'angoisse quand le moment est enfin venu.  J'ai vécu ce sentiment de délivrance quand mes bébés sont sortis de mon ventre, cette impression de ventre vide après la naissance.  J'ai vécu le débordement d'émotions en les entendant pousser leurs premiers cris, l'incertitude de pouvoir y arriver quand je me suis retrouvée devant ces petits êtres qui dépendaient désormais de moi.  

Je n'ai pas accouché de façon naturelle mais je n'ai jamais eu de doute sur le fait que j'ai bel et bien accouché. 

Par définition l'accouchement est l'action de mettre un enfant au monde.  Mes enfants sont venus au monde, j'ai donc accouché peu importe la façon dont ça s'est produit.  J'ai eu 4 belles césariennes, j'en suis fière mais je me trouve surtout extrêmement chanceuse de vivre aussi sereinement avec cette page de nos histoires qui se chevauche. 

Je n'ai pas pu trouver une photo aussi forte pour illustrer mon billet mais j'ai le bonheur d'avoir obtenu l'accord de la photographe, c'est avec grand plaisir que je vous partage la sienne:

csection