D'emblée, vous vous dites que c'est une métaphore.  Vous êtes curieux de savoir à quoi je ferai référence.  Eh bien non, ce n'est pas une métaphore. j'ai tué le poisson. 

Je suis en congé avec mon petit dernier à la maison aujourd'hui.  J'ai fait du ménage de façon frénétique toute la journée, de la literie aux traîneries, des chambres des enfants à la salle de bain, de gauche à droite et de haut en bas.  J'ai même astiqué les électroménagers en inox, ça donne une idée?  Si j'étais enceinte, on croirait que je vais accoucher dans les heures qui suivent!  Pendant que je nettoyais la cuisine, j'ai aperçu le bocal du poisson et celui-ci, dans le haut, qui semblait chercher de l'oxygène! 

Il a une belle histoire ce poisson.  Il s'appelle Monsieur Phelps, en l'honneur du nageur américain puisqu'il a un beau mélange de bleu et de rouge, à l'image du drapeau américain.  Je l'ai offert à mon homme en août, pour notre 11e anniversaire de mariage, nos noces de corail.  Corail, mer, poisson... à défaut de pouvoir nous payer une croisière dans les Caraïbes, c'est ce que j'avais trouvé de mieux pour souligner l'événement! 

Donc, j'ai voulu nettoyer son petit bocal comme je le fais régulièrement quand l'eau s'embrouille.  J'ai sorti le petit contenant de plastique dans lequel j'allais mettre le poisson le temps du nettoyage en règle mais je n'ai pas pu trouver l'épuisette.  Il me semble avoir vu un des enfants s'en emparer la dernière fois que je l'ai faite sécher mais où est-ce qu'elle avait été mise ensuite?  Tant pis, j'ai plus d'un tour dans mon sac.  J'ai rempli le petit contenant avec l'eau du bocal pour ne pas causer de choc aquatique à M. Phelps.  J'ai continué de verser pour qu'il tombe dans le contenant.  Je n'ai pas pensé une seule seconde ce qui allait arriver quand il allait tomber dans le contenant déjà plein d'eau.  Enfin oui: dans ma tête, il tomberait au fond du contenant et le surplus d'eau allait se déverser dans le lavabo. 

Erreur.  Un bêta est beaucoup trop léger pour créer une vague, je vous le confirme.  C'est plutôt lui qui s'est fait éjecté illico dans le lavabo, avant même que j'aie eu le temps de réaliser ce qui se passait.  Je l'ai vu glisser vers la bonde au ralenti et puis, il s'est étendu de sorte qu'il ne pouvait pas passer par le trou.  Fiou!  J'allais pouvoir le récupérer et personne ne saurait ce qui s'est passé.  J'ai étiré ma main pour agripper son minuscule corps et là, j'ai senti son petit corps visqueux filer entre mes doigts, il s'est tortillé et a glissé la queue la première dans le trou.  Disparu. 

J'ai lancé un "NON" très fort qui a attiré l'attention de mon petit dernier: "Maman, où le poisson?"  Il est parti dans le trou, mon chéri, le poisson de papa est mort, que je lui ai dit les yeux plein d'eau.  "Non maman, poisson pas mort, papa va revenir dans 2 minutes et le réparer".  Ce n'est pas possible mon coco, le poisson est dans le trou, papa ne peut pas aller le chercher. 

Comme pour s'assurer que ma conscience ne soit pas tranquille, ma petite bête se promène en répétant que le poisson est mort, qu'il est dans le trou.  Je sais bien que ce n'est qu'un petit poisson d'animalerie.  Honnêtement, nous n'avions pas un très grand sentiment d'attachement envers lui sinon qu'on le trouvait mignon et qu'on aimait le regarder tourner en rond dans son bocal.  Nous en avons eu plusieurs, on a donc l'habitude de voir un poisson flotter, sans vie, au petit matin.  Plusieurs petits poissons ont pris le chemin de la toilette. Mais c'est la première fois que je suis directement responsable de sa mort!

Adieu M. Phelps!  Grande

bocal

Enregistrer

Enregistrer