Eh oui, une autre année scolaire terminée. Les petites bêtes sont revenus avec leur bulletin vendredi dernier (que de beaux résultats, les pommes ne sont pas tombées loin des arbres!) et ce qui leur restait de matériel à l'école (dans un état plus qu'acceptable étonnamment, on va pouvoir en récupérer en septembre). Depuis, eh bien, rien ne va plus.  C'est la guerre!

On en avait vécu les prémisses il y a deux semaines quand nous avons passé 2 jours à l'hôtel pour une compétition de danse de Fi-Fille. Nous n'avions qu'une heure quinze de route à faire, que 2 jours à passer ensemble dans un espace restreint et nous étions épuisés, l'homme et moi.  Nous n'avons pas tellement hâte de faire 36 heures de route et de passer 2 semaines et demies sans routine stable quand nous irons visiter nos familles! 

Faire cohabiter un Fuc*ing Four qui-est-capable-tout-seul, une tornade impulsive et imprévisible, une miss qui-ne-veut-pas-avoir-de-frère-parce-que-c'est-plate-avoir-des-frères-bon et un ado plein d'hormones qui ne s'endure plus lui-même, encore moins ceux qui se trouvent dans un rayon de 25 mètres, c'est mission impossible.  Ce matin, quand ils m'ont demandé les uns après les autres s'ils pouvaient inviter un ami pour la journée, j'ai dit oui!  Parce que c'est tellement plus facile et surtout plus agréable d'entendre 6 ou 7 enfants rire un peu partout dans la maison que juste mes 4 petites bêtes qui se crient des bêtises! 

Vive les vacances!

bataille