Chaque dimanche soir est le jour de la marmotte. Un soir qui a un petit air de déjà vu et qu’on revit irrémédiablement en boucle encore et encore. 
Pourtant, chaque vendredi me laisse penser que cette fois, ce sera différent. Après une semaine chargée, les hormones en spm, j’ai un grand besoin de décompresser, de dormir et les enfants aussi. On se limite à faire ce qui est obligatoire et on flâne ensuite. Le dimanche, on prépare la semaine histoire d’adoucir nos fins de journée: on prévoit nos horaires, nos menus, on cuisine des muffins et le soir, je me dis qu’il ne manque plus qu’une bonne nuit de sommeil pour tout le monde et l’affaire sera dans le sac! Chaque fois j’y crois vraiment!
Et c’est généralement le dimanche soir que ça se gâte: les enfants ont une humeur qui se passe de commentaire quand vient le temps d’aller au lit, ils n’arrivent pas à s'endormir ou se réveille après quelques heures seulement. Quand vient mon tour et que j’ai le bonheur de m’assoupir rapidement, c’est pour mieux faire de l’insomnie en plein milieu de la nuit après que le petit dernier se soit faufilé dans notre lit, que mini ait laissé la lumière allumée pendant les 10 minutes qu’il a passé au toilette et que le chien ait pleuré parce quelle a peur de son ombre. Évidemment, plus personne n’arrive à dormir et on regarde les minutes s'égrainer chacun de notre côté.
S’en suit alors la valse de la musique douce et de la gorgée d’eau, entre 2 raccompagnements de mes fugitifs insomniaques qui ne me croient pas quand je leur dis que c’est la nuit et que je surprends à écouter les infos pub à 4h du matin.
Bref, il est lundi matin, 5h58, je suis réveillée depuis au moins 4h et je me dis qu’à ce compte, aussi bien me lever... mais je sais très bien que je vais m'assoupir doucement et que je lutterai dans une quinzaine de minutes pour me sortir du lit!
Bon lundi!

dimanchesoirblogue