Aujourd'hui, ma grand-maman aurait soufflé sa 91e bougie, elle aurait amorcé son 91e printemps.  J'ai beaucoup pensé à elle aujourd'hui... tristesse, nostalogie, ennuie même si je n'avais pas le bonheur de la voir souvent ces dernières années et sachant que les derniers mois, elle n'avait plus la force de m'appeler pour me répondre que ça pourrait aller mieux quand j'allais lui demander comment elle allait.  Aujourd'hui, j'ai eu envie de relire l'hommage que  j'ai écrit quelques jours après son départ et j'avais envie de le partager.

 "J'ai tourné et retourné les mots dans tous les sens pour arriver à dire ce que j'avais à dire. Ce que j'avais envie de dire pour une dernière fois afin que les gens se souviennent de ma grand-maman exactement comme moi je m'en souviendrai et de la même façon que je le raconterai à mes enfants quand ils me demanderont encore et encore comment elle était ma mamie à moi.

J'ai effacé et réécrit en essayant de dire des choses touchantes au sujet de ma grand-mère, à quel point elle était comme ceci ou comme cela... pour me rendre à l'évidence que je ne pouvais pas la décrire par une formule classique parce que ma mamie, elle était unique. Elle était tout un phénomène et c'est comme ça que je la raconterai à mes enfants!

Je leur raconterai tous les souvenirs que mes yeux d'enfants ont capté dans la cuisine aux armoires oranges quand je traversais chez elle aux aurores, encore en pyjama, ma poupée sous le bras sans que mes parents ne s'en aperçoivent. Aujourd'hui, on dirait que ça ne se fait pas, que mes parents auraient dû mettre une chaîne pour éviter que je ne me sauve et pourtant, ce sont sans doute mes plus beaux souvenirs de petite fille de 4 ans. Ma grand-mère avait toujours l'air de m'attendre, toujours heureuse de me voir arriver comme un cheveu sur la soupe, comme si elle n'avait jamais rien d'autre de prévu que de passer du temps avec moi. Avant la messe du dimanche matin, on déjeunait tous les 3, mon grand-père, elle et moi. Les souvenirs de mon grand-père se sont estompés avec le temps mais ceux de mamie sont clairs comme si c'était hier : elle mangeait ses pruneaux avec le noyau qui claquait entre ses dentiers alors que face à elle, je mangeais ma toast avec du vrai beurre s'il-vous-plaît!

Je raconterai à mes enfants les Noël magiques de mon enfance qui débutaient alors qu'on installait les 2 sapins : un dans le salon au rez-de-chaussée pour son plaisir quotidien et celui du sous-sol qui serait la star le soir de Noël. Entre 2 boules, elle me rappelait systématiquement d'en profiter parce que c'était sans doute son dernier Noël. Et puis le soir du réveillon elle suivait la foulée des jeux, des rallyes, des chansons à répondre et même si parfois elle rechignait un peu (et un peu plus chaque année!), on savait qu'on ne pourrait jamais la priver de son plaisir d'avoir toute sa belle grande famille autour d'elle l'instant d'une soirée.

Et puis je leur raconterai mes souvenirs d'adolescente dans la cuisine rénovée avec ses portes blanches aux poignées turquoises. Lieu clandestin de mes samedis soirs où ma grand-mère m'a appris à jouer au golf, au 3-13, au rummy. Je ne compte plus les journées et les soirées à jouer aux cartes et aux dés avec ma mamie. Souvent seules toutes les deux, parfois avec des grands-tantes de passage pour la fin de semaine. Mon bonheur ultime: gratter des billets de loto avec un 10 sous. Ce n'est pas pour rien qu'il y en avait une pile impressionnante dans nos bas de Noël années après années : son petit plaisir coupable s'est transmis à toute la famille!

Et quand ils seront plus vieux, je raconterai à mes enfants mes souvenirs de jeune femme adulte dans la cuisine aux poignées prunes. Je leur expliquerai à quel point elle a forgé ma capacité à accepter la critique des autres parce qu'elle n'avait pas la langue dans sa poche quand il s'agissait de me dire qu'elle n'était pas tout à fait d'accord avec le fait que j'allaitais encore mon bébé de 6 mois ou encore pour me faire remarquer que j'avais pris du poids depuis la dernière fois qu'on s'était vue!

Je leur raconterai à quel point ma grand-maman avait tout un caractère, c'est vrai, mais sans aucun doute forgé part tout ce qu'elle a vécu. Vous en connaissez beaucoup des femmes qui ont vécu non pas une mais 2 fois la perte de l'homme de leur vie, qui ont survécu au cancer, qui ont perdu un enfant, qui ont vu et supporté leurs enfants et petits-enfants dans les épreuves et tout ça, en restant bien droite? Moi je n'en connais qu'une et c'est ma grand-maman et j'espère sincèrement avoir hérité de sa force de caractère inébranlable.

Mamie, je n'ai aucun doute que tu es bien là où tu es maintenant et j'espère de tout mon cœur que tu as pu retrouver tout ceux que tu avais si hâte d'aller rejoindre."

Je me souviens encore à quel point tu étais émue quand je t'ai annoncé que j'attendais des jumeaux, j'ai eu l'impression que tu revivais ta propre grossesse gémallaire à travers la mienne m'appelant un peu plus souvent qu'à l'habitude.  À quel point tu as été touchée quand je t'ai annoncé que ma fille porterait ton prénom, et à quel point tu as été attristée que la vie me réserve le même sort qu'elle t'avait réservé bien avant moi.  J'ai la certitude que là-haut, tu prends soin de ma fille, de ton arrière-petite-fille,  et c'est ma douce consolation.  Je t'aime fort, bon anniversaire mamie xxx

 

mamie