Quand j’ai vu le cœur de ma fille immobile sur l’écran il y a déjà 8 ans, non seulement mon monde s’est écroulé, mais j’avais l’impression que nous étions les seuls à éprouver une douleur aussi atroce, que personne avant nous n’avait vécu pareille épreuve.  Bien sûr, même dans la littérature les cas de décès d’un jumeau en cours de grossesse sans entraîner la naissance prématurée du 2e bébé sont plutôt rares, mais je ne me souvenais pas d’avoir vu quelqu’un vivre une si grande peine que la mienne. 

Pourtant, il y avait bien quelqu’un de très près de moi qui l’avait vécu : ma grand-mère maternelle.  Contrairement à nous, elle n’avait pas eu le bonheur de savoir qu’elle portait deux bébés à la fois avant la naissance de son fils et l’expulsion de son jumeau.  Elle n’avait pas pu les voir sur un écran, n’avait pas eu le temps de les imaginer courant ensemble main dans la main.  Elle n’avait pas eu le temps de se créer des souvenirs.  On l’a également obligé, de façon bien maladroite, à ne pas avoir de peine : elle avait un bébé bien vivant après tout, ça ne servait à rien de s’attarder sur un bébé qui n’avait pas poussé un cri.  Elle a donc dû ravaler ses larmes et se taire, parce qu’à cette époque, on ne parlait pas de la mort.  Parce que perdre un bébé, c’était signe de péché, de mauvais sort. 

Et puis, il y a eu ma grand-mère paternelle qui a vécu le décès de sa fille alors qu’elle était en bas âge.  Elle avait fait ses premiers pas, avait même prononcé quelques mots, mais après sa mort, ma grand-mère fût obligée de la reléguer loin dans ses souvenirs, à défaut d’être capable de l’effacer complètement de sa vie comme on aurait voulu qu’elle le fasse.  C’était une bien triste situation, mais elle avait une dizaine d’autres enfants à élever, une de plus, une de moins, pour ce que ça allait changer dans leur quotidien.  Pourtant, et malgré leurs 16 enfants bien en vie, mes grands-parents ne se sont jamais vraiment remis du décès de leur petite fille. 

Tout ça pour dire qu’aujourd’hui, les choses sont bien différentes, les tabous entourant la mort des enfants tombent.  Lentement, mais sûrement.  On reconnaît de plus en plus la peine des parents, on donne leur place à ses bébés tant espérés. 

Le 15 octobre prochain, ce sera la journée du deuil périnatal.  Pendant les 15 prochains jours, j’ai envie de faire tomber quelques préjugés et d’apporter un peu de réconfort aux parents endeuillés à ma façon.  Chaque jour, pendant 15 jours, je vous ferai connaître le deuil périnatal une ressource à la fois sur ma page Facebook.  Ressources qui seront ajoutées à ce message afin qu’il devienne une bien humble référence.

angedeuiloct

 

🌺💙 Parents orphelins

Parce que ça allait de soi que ce serait la première ressource à présenter, Parents Orphelins est un organisme sans but lucratif qui accompagne les parents dans leur deuil. Sur leur page internet, on peut y trouver des informations qu'on soit parents orphelins, un proche ou même un intervenant. Une ligne d'écoute est également mise à la disposition des parents qui ont besoin d'une oreille attentive. Sur leur page Facebook, on peut lire de nombreux témoignages et créer des liens avec d'autres parents alors que sur Pinterest, on retrouve une multitude de ressources disponibles.

Site web: www.parentsorphelins.org
Page facebook: https://www.facebook.com/deuilperinatal/
Pinterest: https://www.pinterest.ca/parentorphelin/

 

🌸💙 Lecture pour papa

L’an dernier, j’ai offert 2 livres à mon homme sans trop d’attente. Il faut le dire, on tend tous à attribuer l’exclusivité du deuil à la maman. Pourtant, les papas le vivent tout autant, mais il est complexe du fait que son lien avec bébé n’est pas le même. Mon homme a beaucoup aimé ces 2 livres qui lui ont confirmé qu’il avait le droit lui aussi de vivre des émotions qui n’avaient pas à être les mêmes que moi nécessairement. J’ai aussi lu ces livres qui m’ont permis de mieux comprendre comment il pouvait se sentir dans tout ça.

livrepapadeuil

🌸💙 Précieux bijoux

S’il est difficile de laisser les gens qu’on aiment partir, c’est encore plus vrai quand il s’agit de son bébé. Parce que l’entourage oublie que peu importe le stade de la grossesse, ce petit bébé a droit au respect et que les parents doivent faire les arrangements funéraires de leur enfant. Pour ma part, savoir qu’une partie de ma fille était avec moi en tout temps me faisait un bien immense.

La boutique québécoise cremations Jeweleries propose des bijoux permettant d’y garder une partie des cendres ainsi que des boules de verres soufflées dans lesquelles sont incorporées les cendres.

Site internet: https://bijoux-funeraires.com
Sur Facebook: https://m.facebook.com/Cremation-Jewelries-1850582661848109

 

🌸💙 Douce Inspiration

Parce que parfois, recevoir une image comme celle-ci pour nous indiquer qu’on pense à nous et qu’on n’oublie pas notre bébé apporte un bien plus grand réconfort que les mots. Je vous invite à la partager à un parent orphelin de votre entourage 

 

mamaninspirationdeuilperi

 

🌸💙 À écouter...

Ils sont papas et ils jasent de toutes sortes de sujets. Les imPÈREturbables ont consacré l’épisode 28 au deuil périnatal. Ils font du bien à entendre, je vous l’assure:

 

🌸💙 trouver les bons mots...

Vous ne voulez pas mal faire, vous voudriez prendre leur peine sur vos épaules pendant quelques temps pour les soulager... si seulement c’était possible. Pour trouver les bons mots, pour éviter les malaises, voici une belle lecture pour l’entourage:

Aider un parent qui vient de perdre son enfant

 

🌸💙 Parce qu’une nouvelle grossesse, ce n’est pas toujours tout rose...

Hors de route doute, je peux affirmer que ma 4e grossesse fût horrible. Bien plus que la première pendant laquelle j’ai été malade du début à la fin avec un bébé qui n’a jamais voulu se retourner. Bien plus que la 2e qui nous a fait craindre le spina bifida pour se terminer avec un bébé têtu qu’on a dû sortir de force avant qu’il ne soit trop tard. Bien plus que la 3ème pendant laquelle j’ai été alitée 15 semaines et que j’ai connu le deuil périnatal. Pendant cette 4e grossesse, je n’avais plus la naïveté de croire que tout allait bien se passer. Je n’arrivais pas à m’imaginer avec mon bébé vivant dans les bras. J’ai vécu un pré-partum (je ne sais pas si ça existe mais c’est quand même la réalité).

Si j’avais su que Bedon Zen offrait l’accompagnement suite au deuil périnatal, je me serais payé quelques sessions Skype pour m’aider à passer à travers cette grossesse.

Pour plus d’informations:
http://www.apresledeuilperinatal.com/grossesse-suivante/

 

🌸💙 Apaisement

C’est difficile pour les parents endeuillés de mettre des mots sur leurs émotions, ils ne comprennent pas toujours eux-mêmes comment ils se sentent face au départ de leur enfant. Farewell est un court métrage d’animation magnifique et tellement apaisant réalisé par les étudiants du ESMA 3D. Il n’y a aucun mot et pourtant, on saisi bien la portée du message et, personnellement, il a su me bouleverser.

Pour le visionner, c’est ici: https://youtu.be/qtTUh4qZAHg

Pour en savoir plus sur l’équipe derrière: https://m.facebook.com/FarewellLenvol/

 

 

🌸💙 On va se dire les vrais affaires...
 
J’ai l’habitude de parler du deuil périnatal avec délicatesse et douceur, mais aujourd’hui, j’ai envie d’accrocher ceux qui ont encore des préjugés absurdes face à la perte d’un enfant. À ceux-là je dis: “bon, prends le temps de t’asseoir et de lire ceci, parce qu’il est temps que je t’explique 2-3 choses.”
Je vous partage donc un texte de la collaboratrice spontanée paru sur le blogue de la La parfaite maman cinglante
 
https://parfaitemamancinglante.com/2017/10/12/6-choses-que-tu-devrais-savoir-sur-le-deuil-perinatal/
🌸💙 Pour en finir avec le tabou des fausses-couche...
 
C’est le titre de l’article sur lequel je suis tombée et que j’ai profondément aimé. Un texte réconfortant pour les parents et confrontant pour le milieu de la santé qui traite encore trop souvent la fausse-couche comme il traite l’amygdalite ne réalisant pas l’ampleur du drame pour les parents.
J’ai eu de la chance, l’équipe médicale qui m’a suivi a été d’une grande délicatesse, mais nous n’avons pas tous cette chance.
J’aimerais voir ce message partagé afin que les infirmières, les médecins, bref ceux qui doivent intervenir auprès des parents endeuillés soient un peu plus conscientisés quant au deuil périnatal et à la fausse-couche.
 
http://marieaccouchela.blog.lemonde.fr/2016/05/12/pour-en-finir-avec-le-tabou-des-fausses-couches/#xtor=RSS-32280322

🌸💙 C’est quoi mort?

Ce tout petit livre, je l’ai acheté quelques semaines ou mois après le décès de Florance souhaitant trouver les bons mots pour parler de la mort avec son frère qui était bouleversé. Finalement, c’est plutôt à moi qu’il a fait du bien parce que j’ai compris que personne n’avait de bonne réponse quant à ce qui se passe après la mort, que l’idée que j’en avais m’appartenait complètement. C’est ainsi que je l’explique à mes enfants quand ils posent des questions: je n’ai aucune certitude, mais ça me fait du bien de penser que Florance est sur une étoile et qu’elle la fait briller le soir quand je m’ennuie trop, qu’ils peuvent y croire aussi ou s’imaginer ce qui leur fait du bien.

C’est quoi mort
Olivier de Solminihac
Éditions école des loisirs

livrecestquoimort

 

🌺💙 Comment surmonter le deuil et la douleur?

Que l'on soit confronté à la perte d'un tout petit bébé, à celui d'un grand-parent ou même au deuil de quelque chose qu'on ne vivra pas ou plus, on ne peut éviter certaines étapes douloureuses, mais nécessaires.

J'aime beaucoup cet article qui décrit le processus du deuil en 2 temps: d'abord, comment supporter la peine immense qui nous submerge d'un coup et ensuite, comment retrouver le bonheur. Parce que lorsqu'on est confronté au deuil périnatal, on n'a plus envie d'être heureux, on se sent coupable de sourire à nouveau. Pour terminer, on propose des conseils aux personnes endeuillées, des conseils qui semblent simplistes jusqu'à ce qu'on ait les 2 pieds dedans et qu'on doit garder en tête pour passer.

https://fr.wikihow.com/surmonter-le-deuil-et-la-douleur

 

🌺💙 Souvenirs apaisants

Un tabou qui persiste encore en 2018 est de croire que parce que ces petits bouts de nous n'ont pas eu la chance de vivre à l'extérieur du ventre de maman, qu'il n'y a aucun souvenir auquel se raccrocher ensuite. Le test de grossesse préciseusement conservé et le hochet offert par une amie dès qu'elle a appris la grossesse sont d'autant plus précieux. Pour notre part, le bonnet rose avec lequel on a appris le sexe de notre fille à la famille, la serviette de bain avec une bordure rose offerte par ma maman et les articles portant sur le deuil périnatal découpés dans les revues par une amie valent de l'or pour moi.

La Fondation J'allume une étoile propose non seulement de se rendre à l'hôpital pour photographier bébé de façon professionnelle ou encore de retoucher les photos prises par les parents, mais également une longue liste d'idées pour se souvenirs d'eux sur leur site internet.

https://jallumeuneetoile.org/creer-des-souvenirs/

 

🌺💙 Pour en parler avec ceux et celles qui comprennent

Lorsqu'on vit une épreuve, peu importe laquelle, on a souvent besoin d'en parler, mais à qui parle-t-on d'un petit bébé que personne n'a connu? À l'ère où les réseaux sociaux ont pris la place des forums de discussion, celui de "Nos petits anges au paradis" est toujours bien en vie. Les parents endeuillés peuvent y raconter la trop courte histoire de leur bébé, ventiler leurs frustrations ou encore y trouver l'espoir qu'un jour ça ira mieux. Parce qu'il n'y a pas plus compréhensif qu'un parent qui a vécu la même chose et qui connaît trop bien cette douleur. Parce que ça fait du bien, tout simplement.

http://www.nospetitsangesauparadis.com/forum