Que ce serait-il passé, ma douce, si ce jour-là, nous étions repartis avec le sourire aux lèvres plutôt que le coeur en miettes? Que ce serait-il passé, ma douce, si ton coeur avait encore battu, si ton petit corps s'était encore trémoussé? Que se serait-il passé, ma douce, si on nous avait fait cadeau d'un sursis? Est-ce que nous aurions choisi de précipiter votre naissance ou t'aurait-on laissé te battre encore un peu? Est-ce que ton combat aurait été plus facile hors du nid ou aurions-nous simplement retardé ton départ? Est-ce que vous apprendriez à écrire vos prénoms en duo ou est-ce que vous auriez subit tous les deux les contre-coups, ralentissant votre vie?

Que ce serait-il passé, ma douce, si, ce matin-là, nous n'avions pas découvert ton petit corps sans vie à l'échographie? Que ce serait-il passé, ma douce, si ce jour-là n'était jamais arrivé? Nous ne pouvons que l'imaginer et faire tourner milles et un scénarios dans nos têtes. Chaque fois, nous arrivons à la même conclusion : malgré toute la peine, tu nous as fait le plus beau des cadeaux. Ce jour-là, tu nous as épargné de devoir faire le choix le plus difficile qu'on puisse demander à des parents : choisir entre leurs deux enfants.

Chaque année, depuis 5 ans, j'ai espoir que la suivante sera plus facile, moins triste. Chaque année, depuis 5 ans, mon coeur et mon corps se souviennent. Chaque année, depuis 5 ans, je m'agrippe à mes souvenirs pour éviter qu'ils ne t'éloignent trop de moi.  Aujourd'hui, comme chaque 13 septembre depuis 5 ans, ce sera une journée douce, juste pour toi.

Ce jour-là, ma douce Florance, tu t'es envolée et pourtant, tu es toujours là. Dans nos coeurs, dans notre vie. 

 florance