C'est exactement la façon dont je me sens depuis quelques semaines. Non pas que j'ai l'impression d'être suivie par 4 mignons petits canetons à la file indienne en permanence… enfin oui mais ce n'est pas ce qui m'importe présentement. C'est plutôt à cause de son allure calme, sereine, en contrôle qu'on peut observer quand elle est posée sur un plan d'eau. On a quasiment l'impression qu'elle profite doucement du soleil. Pourtant, quand on se met la tête sous l'eau, on peut voir ses 2 petites pa-pattes palmées pédaler à une vitesse impressionnante afin de garder le cap et éviter qu'elle ne dérive!

mamancane

C'est exactement moi depuis un peu plus de deux mois, au sens propre comme au figuré. Je suis plutôt silencieuse sur mon blogue, je ne décroche plus le téléphone, je refuse à peu près toutes les invitations; j'ai l'air de profiter de la vie et pourtant, mes pa-pattes se font aller au bureau comme jamais!

C'est qu'un certain dimanche de janvier, à l'heure du souper, j'ai reçu un coup de téléphone de ma chère amie. Juste à son ton de voix quand elle m'a dit : « salut, c'est moi. », je savais que quelque chose clochait. Elle venait de se fracturer la cheville, elle attendait de subir une chirurgie. Mon amie est aussi ma collègue de travail. Elle est la patronne qui travaille 5 jours par semaine, je suis son assistante qui travaille de façon variable pour suivre ses besoins. Nous formons une équipe du tonnerre! Ce soir-là, elle m'appelait pour me dire qu'elle ne serait pas au bureau le lendemain. Habituellement, je ne travaille pas les lundis, c'est ma journée bonbon avec mon petit dernier, tout comme les vendredis. Elle me demandait de garder le fort, parce qu'une de nous deux doit être au bureau en permanence, pensant revenir mardi ou, au plus tard, à la fin de la semaine.

Oh que cette semaine-là a été une vraie montagne russe! C'était la semaine la plus occupée de l'année au bureau, j'ai dû prendre plusieurs décisions importantes qui ne relèvent pas de moi en temps normal. Des décisions qui auraient un grand impact sur les autres et surtout sur ma collègue quand elle allait revenir. J'ai dû apprendre rapidement, m'occuper de la paperasse qui s'accumulait à une vitesse incroyable sur le coin de mon bureau, rester en soirée pour terminer des rapports, répondre à des courriels et des textos en mettant mon pyjama ou avant même de me lever du lit, mais surtout, je m'inquiétais pour mon amie. C'était il y a un peu plus de 11 semaines… mon amie a débuté son retour progressif au bureau il y a 2 semaines! Vous dire comment mes petites pa-pattes pédalent, j'ai sans doute des mollets d'enfer!

Mais aujourd'hui, c'est le retour à la vie normale : c'est mon premier lundi de congé depuis des lunes! Quoiqu'il est un peu forcé : c'est une journée pédagogique avec réunions de parents X3! Ça m'a fait bizarre de voir mon homme m'embrasser avant de partir tôt ce matin alors que c'est moi qui le laissait derrière avec la marmaille depuis un bout de temps! Je me suis sentie coupable, un instant, de faire la grasse matinée, de paresser au lit jusqu'à 9h40 pendant que les enfants écoutaient la télé.

mamancane2

J'ai l'impression de peser 10lbs de moins : c'est la première fois, en 10 semaines, que je décroche complètement du bureau, que je ne ramène pas de travail à la maison pour la fin de semaine, que je ne ferme pas les yeux pour revoir mon grand tableau me disant que j'oubliais assurément quelque chose, que je n'envoie pas de courriel en panique, que je ne m'inquiète pas de regarder mes messages à 6h pour voir s'il y a une urgence.

Mais malgré le stress supplémentaire, malgré la charge de travail, malgré que j'aie eu l'impression d'être au bureau 24h/24 même quand j'étais à la maison, j'ai adoré mon expérience de patronne intérimaire! J'en ai appris beaucoup sur moi-même, sur ma capacité à relever les défis et à gérer l'imprévisible. Toutefois, c'est avec un immense plaisir que je recède sa place à ma belle amie et que je reprends officiellement ma chaise d'assistante!